Comment stopper une diarrhée (gastro-entérite)? Les solutions

AVERTISSEMENT: Les informations sur ce site n'ont pas pour but de prescrire la médecine. Ce site ne cherche ni à guérir, ni à soigner, ni à traiter, mais uniquement à présenter les solutions alternatives qui favorisent votre bien-être. Consultez donc obligatoirement votre médecin en matière de santé.



La diarrhée est une émission de selles anormales, que ce soit en termes de volume, de fréquence, de consistance ou de poids. Elle peut évoluer de façon aiguë ou chronique, et fait partie des symptômes les plus fréquents chez l’enfant et l’adulte.

La diarrhée aiguë se caractérise par l’émission de selles fréquentes, abondantes et non moulées. Les selles sont principalement hydriques et émises de façon rapide. La diarrhée s’accompagne généralement de douleurs abdominales ainsi que des vomissements.

La diarrhée chronique évolue au moins sur trois semaines. Elle se traduit par l’émission de selles volumineuses. En effet, les selles peuvent atteindre plus de 300 g par jour. La diarrhée chronique est également marquée par les selles fréquentes (plus de trois fois par jour). La teneur en eau des selles est également plus élevée lors d’une diarrhée chronique.

Comment reconnaître une diarrhée chronique ?

Les symptômes les plus fréquents de la diarrhée chronique sont :

• Des selles de consistance molle ou liquide,

• Des envies d’aller à la selle plus fréquentes,

• Des douleurs abdominales,

• Des ballonnements et des crampes abdominales.

Ces symptômes s’accompagnent de signes tels que :

• La soif,

• Une peau sèche,

• Des envies d’uriner moins fréquentes,

• Une urine plus foncée que d’habitude,

• Des yeux creux,

• Une faiblesse physique,

• Une irritabilité,

• Un état d’évanouissement et de choc,

• Une perte d’appétit.

Afin de diagnostiquer une diarrhée chronique, il faut procéder à un interrogatoire puis à l’examen clinique.

L’interrogatoire pour explorer les signes cliniques

L’interrogatoire constitue un élément essentiel dans le diagnostic d’une diarrhée chronique. Ainsi, le médecin explore :

• Un terrain personnel et familial de troubles intestinaux, des maladies auto-immunes. Le médecin explore également la piste des néoplasies familiales, notamment le cancer colorectal et les néoplasies endocriniennes multiples.

• Un terrain personnel de résection intestinale, d’endocrinopathie, notamment le diabète et les affections thyroïdiennes, d’irradiation abdominopelvienne.

• Les déplacements et voyages faits avant le début de la diarrhée.

• Les médicaments pris dans les 3 mois précédant l’apparition de la diarrhée, surtout les anti-inflammatoires non stéroïdiens, les antibiotiques et les médicaments susceptibles d’entraîner une diarrhée (olsalazine, acarbose, colchicine, sertraline…).

• Les signes digestifs associés à la diarrhée tels que les douleurs abdominales et les nausées.

• Les signes fonctionnels extra digestifs tels que les crampes, les céphalées et les arthralgies ou douleurs articulaires.

• Les signes généraux tels que l’anorexie, l’asthénie, la perte de poids et la fièvre.

Ensuite, l’interrogatoire porte sur le mode de début de la diarrhée. En effet, la diarrhée peut apparaître de façon soudaine ou progressive. Le médecin examine ensuite l’aspect des selles (volumineuses, bouseuses, graisseuses, liquides, hémorragiques, présence d’aliments non digérés…).

Le médecin analyse également l’horaire d’émission des selles dans la journée. De plus, le rôle de l’alimentation est à prendre compte. Le patient peut être sujet à des selles groupées après les repas ou réparties dans la journée. Le degré d’impériosité des selles est également un élément essentiel à considérer. Par convention, les selles non impérieuses peuvent être retenues plus de 15 minutes.

L’examen clinique

Outre l’examen abdomino-pelvien ou toucher rectal et la pesée, le médecin doit également examiner :

• La cavité buccale et les téguments,

• La glande thyroïdienne,

• Les vaisseaux abdominaux et les vaisseaux périphériques,

• Les ganglions périphériques.

Les examens complémentaires

D’autres examens sont également indispensables en cas de diarrhée chronique :

• Examens biologiques : numération formule sanguine, électrophorèse des protides, du calcium et du fer sérique, vitesse de sédimentation…

• Coproculture : examen parasitologique des selles

• Échographie, radiographie et coloscopie de l’intestin grêle et du côlon

• Tomodensitométrie.

Lorsque le patient soupçonne un syndrome de malabsorption, il faut réaliser :

• Un dosage de graisses des selles de 24 heures,

• Un test au xylose,

• Un test de Schilling…

D’autres examens doivent également être effectués selon la cause suspectée.

Quelles sont les causes de la diarrhée chronique ?

Les principales causes diffèrent selon le type de diarrhée chronique. En effet, il existe différents types de diarrhée chronique, notamment la diarrhée motrice, la diarrhée osmotique, la diarrhée par malabsorption, la diarrhée sécrétoire et la diarrhée exsudative.

Causes d’une diarrhée motrice

Pour ce type de diarrhée chronique, les selles sont principalement post-prandiales (apparaissant après le repas), impérieuses (entraînant une incontinence fécale) ou groupées en salves. Dans ce cas, les selles contiennent également des débris alimentaires. Le temps de transit fécal est également accéléré. La diarrhée chronique motrice répond aux ralentisseurs de transit et cède au jeûne. Les causes les plus fréquentes de la diarrhée motrice sont les troubles fonctionnels intestinaux. L’hyperthyroïdie, les tumeurs carcinoïdes intestinales, les cancers médullaires de la thyroïde ainsi que l’amylose peuvent également entraîner une diarrhée motrice.

Causes d’une diarrhée osmotique

Lors d’une diarrhée chronique de type osmotique, la diarrhée est hydrique. Elle n’est entraînée ni par une altération de l’état général du patient ni par une malabsorption. La diarrhée osmotique cède quand les agents osmotiques ne sont plus présents dans la lumière intestinale. Elle est causée par les diarrhées brèves après indigestion de grande quantité de lactose ou de polyols. En effet, à l’âge adulte, l’intestin grêle peut perdre son activité lactasique. L’ingestion de laxatifs salins entraîne également des diarrhées osmotiques.

Causes d’une diarrhée par malabsorption

En cas de diarrhée par malabsorption, les selles sont volumineuses, réparties et parfois graisseuses. On observe différentes causes, notamment :

• La maladie cœliaque

Il s’agit d’une maladie auto-immune qui constitue la cause la plus fréquente de la diarrhée par malabsorption. La maladie cœliaque se définit par :

• Un syndrome de malabsorption associant des manifestations biologiques (anémie microcytaire isolée) et des manifestations cliniques de malabsorption (douleurs abdominales, diarrhée, amaigrissement).

• Des lésions histologiques de type atrophie villositaire totale ou partielle.

• Une régression des carences et des symptômes après un régime strict sans gluten.

• La maladie de Crohn de l’intestin grêle

La maladie de Crohn de l’intestin grêle est associée à un risque élevé de complications de type sténose et perforation intestinale. Il s’agit d’une maladie inflammatoire chronique du système digestif. Ses symptômes peuvent être variés mais sont essentiellement digestifs (diarrhées, nausées, etc.).

• D’autres causes rares

Certaines causes plus rares peuvent également entraîner une diarrhée chronique. Il s’agit entre autres des :

• Entérites radiques,

• Diarrhées secondaires à une résection étendue de l’intestin grêle,

• Lymphomes intestinaux,

• Entéropathies organiques ou fonctionnelles,

• Ischémies artérielles chroniques de l’intestin,

• Pullulations microbiennes chroniques de l’intestin grêle…

Causes d’une diarrhée sécrétoire

Il s’agit d’une diarrhée abondante, supérieure à 500 ml par jour, hydrique, source d’une fuite importante de bicarbonates et de potassium. La diarrhée sécrétoire ne régresse pas complètement au cours du jeûne.

Les colites microscopiques et certaines parasitoses chroniques sont les causes les plus fréquentes d’une diarrhée sécrétoire. Les tumeurs endocrines sécrétant du vasoactive intestinal peptide ou VIP constituent des causes rares de la diarrhée sécrétoire.

Causes d’une diarrhée volumogénique et exsudative

Il s’agit d’une forme de diarrhée rare. Elle est due à une hypersécrétion gastrique majeure qui induit une insuffisance pancréatique. La diarrhée qui en résulte peut ressembler à une diarrhée de malabsorption ou une diarrhée motrice. Le syndrome de Zollinger-Ellison et la mastocytose systémique font partie des causes principales de la diarrhée volumogénique et exsudative. Lorsque la diarrhée exsudative est majeure, elle peut aboutir à une carence sérique en cholestérol, en albumine et en immunoglobuline.

Quid des conséquences de la diarrhée chronique ?

En plus d’être invalidante, la diarrhée chronique présente également des répercussions plus ou moins graves sur la santé générale du patient.

Déshydratation

Lors d’une diarrhée aiguë ou chronique, l’organisme perd une quantité importante d’eau et de sels minéraux. Lorsqu’elle touche les personnes âgées et les enfants, la déshydratation entraîne des conséquences graves. En effet, celle-ci provoque une sensation de soif intense, une sécheresse de la peau et de la bouche, une urine plus foncée, des envies d’uriner moins fréquentes ainsi que des crampes musculaires. Pour les nourrissons et les bébés, la déshydratation survient de façon rapide en cas de diarrhée. Elle peut mettre la vie du patient en danger. De plus, la déshydratation entraîne également un état de confusion, une fatigue, voire un évanouissement.

Carences et perte de poids

La diarrhée chronique est parfois responsable de carences et de perte de poids malgré des apports alimentaires conservés. Les carences portent souvent sur les électrolytes (calcium, magnésium), les vitamines (les vitamines liposolubles A, D, E et K, les folates, la vitamine B12) et les oligoéléments (zinc, sélénium). Les signes cliniques variés surviennent alors. Il faut également ajouter :

• les douleurs osseuses de type ostéomalacie,

• les crises de tétanie dues à une carence en calcium et en magnésium,

• les troubles visuels dus à la carence en vitamine A,

• le retard de croissance chez l’enfant et l’adolescent.

Incontinence fécale

L’incontinence fécale se définit par une perte incontrôlée de selles et de gaz dans des conditions socialement inadaptées. Ce trouble est une conséquence fréquente de la diarrhée chronique. En effet, la diarrhée entraîne un problème de contrôle du sphincter anal. Ainsi, le patient ressent un besoin impérieux, des suintements ainsi qu’un rectum vide.

Malnutrition

La diarrhée chronique entraîne également une malnutrition. En effet, les aliments ingérés sont rapidement évacués. Le patient est ainsi incapable d’utiliser pleinement les aliments qu’il consomme. Il en résulte alors une malabsorption des éléments nutritifs.

Diarrhée chronique : quelles solutions pour y remédier ?

Afin de remédier à la diarrhée chronique, le médecin peut prescrire des traitements médicamenteux. Le patient peut également associer le traitement médicamenteux aux solutions naturelles.

Les remèdes naturels contre la diarrhée chronique

Avoir recours aux remèdes naturels reste une alternative efficace afin d’aider l’organisme dans sa tâche de régulation et de nettoyage de l’intestin. Toutefois, il faut noter que les solutions naturelles ne remplacent pas les traitements médicamenteux prescrits par le médecin.

• Les probiotiques

Particulièrement indiquées en cas de diarrhée, les probiotiques constituent une alternative efficace. Les probiotiques sont particulièrement conseillées lorsque la diarrhée chronique est due à la prise d’antibiotiques. En effet, elles régulent le milieu bactérien digestif. Il n’existe aucune contre-indication quant à l’utilisation des probiotiques. Toutefois, il faut choisir des probiotiques adaptées à l’âge des enfants. Il faut alors prendre 1 gélule le matin, à jeun, pendant 1 à 2 mois.

• Le jus de carotte

Le jus de carotte est particulièrement efficace contre la diarrhée chronique. En effet, il régule la fonction digestive et augmente la résistance aux infections. De plus, le jus de carotte améliore également la fonction hépatique et le nettoyage de l’organisme. En fonction de sa tolérance digestive, le patient peut boire un ou deux verres de jus de carotte par jour. Il n’existe aucune contre-indication par rapport à la consommation de cette boisson.

• L’huile essentielle d’origan

L’huile essentielle d’origan possède des vertus anti-infectieuses. En effet, elle fonctionne comme un antibiotique et reste idéale en cas de diarrhée infectieuse. De plus, l’huile essentielle d’origan est également efficace contre les ballonnements. Il faut noter cependant que cette substance est très puissante. Il est ainsi préférable d’opter pour des oléocapsules que l’on retrouve en pharmacie. Le patient peut alors prendre 2 gélules, 3 fois par jour, pendant 5 à 7 jours, au milieu du repas. Demander l’avis d’un expert est impératif pour toute utilisation d’huile essentielle par voie orale. Il faut toutefois noter que l’utilisation de l’huile essentielle d’origan est déconseillée chez la femme enceinte et l’enfant.

• Le thym

Connu pour ses vertus antiseptique, antifongique et anti-infectieuse, le thym est une alternative efficace pour soulager la diarrhée. En effet, le thym est un antispasmodique digestif. Il lutte également contre les mauvaises bactéries. Le patient peut alors laisser infuser 2 cuillères à café de thym dans de l’eau chaude pendant 10 minutes et en boire 3 tasses par jour. L’infusion de thym est déconseillée chez la femme enceinte.

• Le charbon actif

Le charbon actif végétal fait partie des meilleurs détoxifiants naturels. Il régule le transit intestinal et purifie l’intestin. Le charbon actif calme particulièrement les diarrhées liées à la fermentation intestinale. Il convient alors de prendre 4 à 8 gélules par jour jusqu’à disparition des symptômes. Toutefois, la prise du charbon actif végétal ne doit pas se faire en alternance avec un traitement médicamenteux. En effet, il limite l’absorption des médicaments. Le charbon actif végétal est déconseillé chez la femme enceinte et les enfants de moins de 6 ans.

• Le psyllium blond

Cette plante originaire d’Inde est particulièrement prisée pour lutter contre la diarrhée. En effet, le psyllium blond est un puissant régulateur de l’intestin. En cas de diarrhée, il absorbe l’excès d’eau dans les intestins et régule la fonction digestive. Disponible dans la majorité des magasins bio, le psyllium blond se prend avec un grand verre d’eau. Afin d’adapter la dose en fonction du poids, de l’âge et de la taille, il convient de demander conseil à son pharmacien ou son naturopathe.

• L’eau de Quinton hypertonique

Afin de réapprovisionner l’organisme en oligo-éléments et en minéraux, substances perdues en grande quantité en cas de diarrhée, on peut opter pour l’eau de Quinton. Celle-ci est proposée sous forme d’ampoules à prendre en dehors des heures de repas. Afin de combler les carences engendrées par la diarrhée chronique, le patient peut prolonger le traitement. Ainsi, il convient de prendre 1 à 3 ampoules par jour pendant 15 jours à 1 mois. L’eau de Quinton est toutefois à éviter en cas d’hypertension artérielle et de régime sans sel. Si l’eau de Quinton semble trop salée, le patient peut opter pour la version isotonique.

• L’huile essentielle de basilic

Le basilic est un antispasmodique, un tonique digestif et un antistress naturel. Il agit à la fois au niveau du système digestif et du système nerveux. L’huile essentielle de basilic est surtout indiquée pour soulager une diarrhée chronique liée au stress. En effet, elle va diminuer les coups de douleurs et les spasmes. Pour utiliser l’huile essentielle de basilic, il faut la mélanger avec une huile végétale et masser le ventre dans le sens des aiguilles d’une montre. Ce geste est à réaliser pendant 5 minutes avant de dormir et peut être reproduit si nécessaire. L’utilisation de l’huile essentielle de basilic est contre-indiquée chez la femme enceinte.

• Le lait d’argile verte

L’argile possède de grandes propriétés absorbantes. Elle permet alors d’éliminer les toxines liées à la diarrhée plus rapidement. Elle régule également le transit. Il faut alors mélanger une cuillère à soupe de lait d’argile verte dans un verre d’eau avec un ustensile en bois ou en terre cuite. Ensuite, il faut laisser reposer toute la nuit. Le lendemain, le patient doit remuer le mélange avant de le boire. Afin d’éviter la constipation, il faut arrêter de consommer le lait d’argile verte dès que la diarrhée s’arrête.

Les traitements médicamenteux

La diarrhée peut susciter un inconfort chez le patient. Toutefois, le traitement ne devrait pas porter uniquement sur ce symptôme. En d’autres termes, le médecin doit adapter le traitement en fonction de la cause de la diarrhée chronique.

• Les médicaments péristaltiques tels que le lopéramide (Imodium®, Diarr-Eze®…) ralentissent les mouvements intestinaux et font ainsi cesser la diarrhée.

• Le salicylate de bismuth (Pepto-Bismol®) diminue la sécrétion d’eau dans les intestins.

• Les antibiotiques sont efficaces pour venir à bout de la diarrhée chronique causée par un parasite ou une bactérie.

Il faut noter que la diarrhée interfère parfois avec l’absorption de médicaments. Cela peut ainsi rendre le traitement médicamenteux moins efficace.

Dans des cas plus graves, une hospitalisation est nécessaire. Le médecin utilise alors une perfusion intraveineuse afin de réhydrater l’organisme. Pour traiter une diarrhée bactérienne grave, le patient peut également prendre des antibiotiques à large spectre.

Diarrhée chronique : comment prévenir ?

Il existe des mesures préventives de base contre la diarrhée chronique :

• Lavez-vous les mains fréquemment à l’eau et au savon. Vous pouvez également utiliser une solution hydroalcoolique afin de prévenir la contagion.

• Évitez de boire de l’eau d’une source dont vous ignorez la pureté. Faites bouillir l’eau au moins une minute. Vous pouvez également utiliser un filtre à eau pour éviter les éventuels risques.

• Gardez vos nourritures périssables dans le réfrigérateur.

• Surveillez et respectez les dates de péremption des aliments.

• Évitez le contact avec les personnes fragiles (personnes âgées, enfants…) puisque l’infection bactérienne peut être très contagieuse.

• Consommez uniquement des produits laitiers pasteurisés. En effet, la pasteurisation des produits laitiers tue les bactéries par la chaleur.

Pour éviter une diarrhée du voyageur :

• Buvez vos boissons directement à la bouteille.

• Évitez les glaçons.

• Stérilisez l’eau en la faisant bouillir au moins 10 minutes ou en utilisant des purificateurs d’eau.

• Brossez vos dents avec de l’eau en bouteille.

• Ne mangez que des fruits que vous pouvez peler vous-même.

• Évitez de manger des salades, de la viande crue ou peu cuite ainsi que des produits laitiers.

Pour éviter une diarrhée due à la prise d’antibiotiques :

• Prenez des antibiotiques uniquement lorsque cela est nécessaire.

• Respectez scrupuleusement les indications du médecin quant à la dose et la durée.

Conclusion

La diarrhée est un trouble qui se rencontre fréquemment. Elle se caractérise par des selles de consistance molle ou liquide et volumineuses. La diarrhée chronique est un problème intestinal impliquant l’un des 3 mécanismes suivants :

• Une malabsorption du liquide contenu dans les selles par les intestins,

• Un transit intestinal accéléré empêchant l’assèchement de la matière fécale,

• Un problème osmotique ou un passage anormal de l’eau et des sels minéraux dans la paroi intestinale.

La diarrhée chronique peut être due à une gastro-entérite, une infection, un déséquilibre du microbiote intestinal, une prise d’antibiotiques, etc. Elle est parfois la conséquence du stress et de l’anxiété. Une intolérance au lactose ainsi qu’une hyperthyroïdie peuvent également entraîner une diarrhée chronique.

Ainsi, il faut consulter un médecin dans les plus brefs délais dès l’apparition de l’un des signes de la diarrhée chronique :

• Une diarrhée abondante (plus de 10 selles par jour) qui persiste plus de 48 heures,

• Une fièvre de plus de 38° C

• Du sang dans les selles

• Des douleurs abdominales.

La déshydratation et les problèmes engendrés sont les complications principales de la diarrhée chronique. Ainsi, le premier remède concerne l’alimentation. En effet, il faut éviter de surcharger l’organisme et lui fournir des aliments plus digestes. En cas de diarrhée chronique, une bonne hydratation est également indispensable.

Le patient doit aussi bien s’hydrater tout au long de la diarrhée. En effet, le corps perd beaucoup d’eau et de sels minéraux par les selles. La déshydratation peut avoir de sérieuses conséquences. Ainsi, cette mesure est essentielle pour les personnes âgées et les enfants. La diarrhée chronique peut parfois entraîner le décès du patient lorsque celui-ci est gravement déshydraté.